Carte de Saint-Irénée

1. NOTION D’HISTOIRE

Située sur la Rive Nord du Fleuve Saint-Laurent, à moins d’une heure à l’est de la Ville de Québec, la municipalité de Saint-Irénée, accessible via la Route 362, l’une des plus belles routes panoramiques en Amérique du nord, s’est façonnée, au cours des ans, une histoire bien à elle.

Le 12 mai 1840,  l’Évêcher de Québec accorde l’érection canonique d’une nouvelle paroisse sous le vocable de Saint-Irénée par le détachement de celles de Saint-Agnès (La Malbaie), de Saint-Étienne-de-la-Malbaie (La Malbaie) et de Notre-Dame-de-l’Assomption (Les Éboulements).  C’est alors que les habitants de la paroisse sont chargés de construire une église sur place afin de confirmer le statut de leur paroisse.  C’est quatre ans plus tard, en 1844, suite à l’achèvement de l’église que la paroisse obtient sa reconnaissance définitive par les autorités diocésaines. À cette époque, la population de Saint-Irénée se chiffre à 800 habitants.  Géographiquement, le territoire de Saint-Irénée est donc issu d’un morcellement de plusieurs paroisses, soit les rangs Saint-Pierre et Saint-Nicolas (paroisse de Sainte-Agnès), celui de Terrebonne (La Malbaie) et ceux de Saint-Antoine, de Saint-Thomas et du Ruisseau-Jureux (Les Éboulements).

Le premier registre de la paroisse de Saint-Irénée s’ouvre en l’an 1842. Les registres paroissiaux sont une source importante d'information sur les naissances, les baptêmes, les mariages, les décès et les enterrements.
C’est le 23 octobre 1844 que la Municipalité accueille son premier curé résidant en la personne de l’abbé Charles Pouliot.

Le 1er juillet 1855, la municipalité de la paroisse de Saint-Irénée rédige sa Constitution, c’est la fondation de la municipalité de Saint-Irénée.

À la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle, Saint-Irénée accueille le juge Adolphe-Basile Routhier, l’auteur des paroles de l’hymne national du Canada, ainsi que l’homme d’affaires Rodolphe Forget qui y passe ses premières vacances dans son immense domaine Gil’Mont de Saint-Irénée-les-Bains. Ce dernier a contribué à la construction du chemin de fer dans Charlevoix.  Il a également fondé la compagnie de pulpe connue sous le nom Donohue, aujourd’hui appelée Abitibi Bowater et construit le manoir Richelieu situé à La Malbaie.  Aujourd’hui, le lieu de résidence de Monsieur Sir Rodolphe Forget a laissé place à l’Académie internationale de musique, le Domaine Forget.

Les Sœurs de la charité de Saint-Louis ont séjourné à Saint-Irénée de 1908 à 1913.

C’est en 1919 qu’a eu lieu l’inauguration du chemin de fer entre Québec et La Malbaie.

Le 28 juillet 1945, c’est la fondation de la Caisse populaire de Saint-Irénée et en 1962, l’inauguration de l’aéroport de Saint-Irénée.

Le Domaine Forget, aujourd’hui connu internationalement pour son Académie de Musique et de danse, a pris naissance en 1977. Autrefois propriété de Rodolphe Forget, devenu un centre consacré à la diffusion de la musique, de la danse, du chant et autres disciplines connexes, compte une salle de concert de plus de 600 places et l’Académie de musique et de danse.

Le 1er janvier 2017, le Cardinal Gérald C. Lacroix de l'Archevêque de Québec, déclare la supression des paroisses de Sainte-Agnès, de Saint-Irénée, de Saint-Fidèle, de Saint-Siméon, de Sacré-Coeur-de-Jésus (Pointe-au-Pic), de Saint-Philippe (Clermont), de Saint-Aimé-des-Lacs, de Notre-Dame-des-Monts et de Saint-Firmin (Baie-Sainte-Catherine).  Il déclare rattachés au territoire de la paroisse de Saint-Étienne (La Malbaie), le territoire de ces paroisses supprimés.  Le nom de la paroisse de Saint-Étienne change de nom pour paroisse de Saint-Laurent-de-Charlevoix, sous le patronage de saint Laurent, diacre et martyr, dont la fête liturgique est fixée le 10 août. Les Saint-Irénéens et Saint-Irénénéennes sont désormais des paroissien(ne)s de la paroisse de Saint-Laurent-de-Charlevoix.

Pour obtenir plus de détails sur l’histoire de la municipalité, veuillez consulter les documents suivants : Histoire de la Municipalité de Saint-Irénée , Histoire du Domaine Forget, Décret de supression des paroisses.


2. SITUATION GÉOGRAPHIQUE

Saint-Irénée est une paroisse d’une superficie de 60 km2 faisant partie de la municipalité régionale de comté (MRC de Charlevoix-Est; située au centre de la région de Charlevoix elle fait également partie de la région administrative de la Capitale-Nationale.

Le territoire de Saint-Irénée est accidenté et majoritairement boisé, typique de la région de Charlevoix. L’agglomération est nichée à l’embouchure de la rivière Jean-Noël sur le fleuve Saint-Laurent. La partie de la municipalité située sur le bord du fleuve, où on retrouve la plage, est appelée Saint-Irénée-les-Bains.


Afficher le plan dans Google Map

3. PORTRAIT SOCIO-ÉCONOMIQUE

3.1 Population
Au recensement de 2012, on comptait 653 habitants à Saint-Irénée soit une baisse de 3 %. L’année 2011 a marqué une diminution de la population de 7% comparativement à 2006. Le poids relatif de la population de Saint-Irénée au sein de la MRC est d’environ 5 % de la population totale de la MRC.

L’âge moyen de la population est de 51,4 ans ce qui est sensiblement plus élevé que celui du Québec qui est de 41 ans.  La répartition de l’âge de la population est la suivante : 0-14 ans (9 %), 15-24 ans (8 %), 25-39 ans (12 %), 40-64 ans (49%) et 65 et + (22 %).

On compte 2,6 personnes en moyenne par famille contre 2,9 au Québec. Le revenu médian des familles est de 66 298 $ contre 58 678 $ au Québec et 53 423 $ dans la MRC.

Selon le recensement de 2006, 20% de la population sont des résidents venus d’ailleurs que de Charlevoix.

3.2 Domaine foncier
La municipalité a connu une forte hausse de la valeur du rôle d’évaluation foncière entre 2006 et 2011. Cette hausse représente 39% d’augmentation de la richesse foncière.

3.3 Description des usages présents sur le territoire

3.3.1 Commerce
Saint-Irénée n’est pas d’emblée une municipalité à vocation commerciale. C’est l’achalandage touristique qui explique l’essentiel de cette activité. Ainsi, on retrouve près de dix commerces associés à la restauration et plus de dix commerces d’hébergement. Une entreprise d’équitation offre des circuits et une pension pour chevaux.

Un garage de mécanique automobile est en opération. On retrouve une institution bancaire (succursale Desjardins) et un bureau de poste. Également, plusieurs artistes vendent leurs œuvres dans de petites galeries attenantes à leur résidence.

3.3.2 Industrie
L’industrie artisanale est ce qui distingue le mieux la municipalité. On retrouve une forge et un atelier de poterie. Une seule industrie lourde est présente sur le territoire, il s’agit d’une industrie de fabrication d’asphalte. On retrouve également quelques carrières et sablières.

3.3.3 Agriculture
L’agriculture est très présente à Saint-Irénée. On y retrouve 26% des exploitations agricoles de toute la MRC.  707 hectares de terre y sont en culture avec comme principales récoltes : le foin (79%), l’orge (9%) et l’avoine (6%). Les principaux élevages sont le porc et le bovin.

3.4 Habitation
30% des résidences sont des résidences secondaires. La valeur moyenne des logements possédés s’établit à 193 000 $ comparativement à 182 400 $ pour le Québec.  Toutefois, l’écart entre les habitations est très grand puisqu’on retrouve plusieurs maisons dont la valeur est faible et à l’inverse plusieurs maisons dont la valeur avoisine le million de $. Les résidents sont propriétaires de leur résidence dans une proportion de 87 %.


4. TRANSPORTS ET VOIE DE CIRCULATION

4.1 Transport routier
En matière de circulation routière, le tronçon de la route 362 traversant la municipalité compose l’artère principale du réseau routier de Saint-Irénée.  S’étalant sur une dizaine de kilomètre, cette section est divisée en trois « branches » spécifiques, soit le rang Terrebonne (de la limite avec la Ville de La Malbaie à la rue Principale), la rue Principale (du carrefour giratoire au pont de la rivière Jean-Noël) et du chemin des Bains qui s’étend du pont à la limite de la municipalité des Éboulements. Le noyau villageois et le secteur touristique (notamment la plage publique et le Domaine Forget) sont accessibles par cette voie de circulation.

4.2 Transport aérien
Le seul aéroport de la région de Charlevoix, l’Aéroport de Charlevoix, se trouve sur le territoire de la municipalité de Saint-Irénée. D’une superficie de 103 hectares, cette infrastructure majeure est sous la gestion de la MRC de Charlevoix-Est depuis 1997, suite à sa cession, dans le cadre de la Politique nationale des aéroports par Transports Canada.

4.3 Transport ferroviaire
En ce qui à trait au transport ferroviaire, le littoral de Saint-Irénée est bordé par une voie ferrée faisant le lien entre les villes de Clermont et de Québec. Depuis l’automne 2011, un train touristique, le Train du Massif de Charlevoix, assure le relais entre La Malbaie et Québec, effectue périodiquement des excursions destinées à une clientèle touristique.